Event 201 à New York

C’était l’Event 201

Un Pôle Nord très stratégique

Comme tout le monde, j’ai eu ma propre manière de vivre les changements survenus en cette période 2019-2020. Très curieusement, les événements télépathiques, les communications à distance, les visions qui m’ont frappé n’avaient rien à voir apparemment avec le nouveau virus que l’on a appelé « Covid-19 ». Apparemment, car, enfin, c’était concomitant…

Pourquoi ai-je senti des aiguilles d’argent ultra-fines et bien sûr invisibles, puisqu’il ne s’agit que d’ondes électromagnétiques, qui sont tombées du ciel très drues, organisées en grosses pelotes d’épingles carrées, produisant des vibrations d’une violence jamais atteintes jusqu’à présent? C’était très, très net et tout à fait étonnant. Je n’avais jamais vu ça. Antennes dédiées aux forces de l’ordre? Émissions à partir de satellites? Car je ne vois pas pourquoi, – mais il y a peut-être une raison à ça -, des réactions cosmiques naturelles seraient organisées en surfaces carrées. Cela se produisit juste avant que l’on parle des débuts de la pandémie. Pourquoi un hélicoptère a-t-il survolé longuement ma maison le soir de l’allocution d’Emmanuel Macron, le 12 Mars 2020 (J’ai vu les préparatifs de l’allocution, ce qui se passait hors antenne)? La police locale était reliée à l’Élysée. Et je n’intéresse l’Élysée que pour des questions d’extraterrestres! Ce faisait aussi nettement sentir la vision lointaine de la planète Terre vue d’un vaisseau spatial ou d’un satellite. Dès le début de ce basculement dans l’épidémie, l’on sentit un vent de folie souffler sur le monde. Si le virus se traînait au ras du sol, avec ses potentialités de fièvre et de rhume, au-dessus de nos têtes circulait l’influence d’une confusion mentale que, manifestement, beaucoup de gens ont vécue. L’on sait maintenant que le « Covid-19 » peut produire des cas d’amnésie, d’aphasie, des manques de coordination musculaire, etc…

Entre nous soit dit, en conseil d’amie et dans une parenthèse rapide, dans ces circonstances, je pense, d’une part, qu’il faut renforcer la vitalité du corps, tout ce qui peut le rendre plus solide. La viande de boeuf, grâce à ses protéines, la vitamine C, la levure de bière, l’ail dans la cuisine, le thym, le laurier, le romarin en décoctions ont très bien marchés. L’exposition au soleil et l’air frais, sans masque, aussi. D’autre part, qu’il vaut mieux lâcher son smartphone et se déconnecter mais, ça, nous y reviendrons…

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais, pendant toute cette période, la température variera rapidement et passera du chaud au froid plusieurs fois, d’un essai de canicule à des pluies de neige fondues jusqu’à un début d’été merveilleusement frais qui passa d’un coup au-dessus des 30°… Nous resta du confinement un ciel pur et transparent, certes, qui avait retrouvé ses jolies couleurs nuancées et d’où toute menace semblait s’être temporairement envolée. Continuons.

16-03-2020: Macron ordonne en France le confinement de l’ensemble de la population, à l’instar de nombreux pays du globe!

17-03-2020 : Je ressens soudain une drôle d’expérience en cours, avec la planète Terre, de la part d’Emmanuel Macron et de Donald Trump et l’on dirait que ça a commencé le soir où il est apparu chez moi avant sa première intervention télévisée.

15h18 : Donald Trump et Emmanuel Macron, tous deux en contact à l’Élysée, semblent donner l’ordre d’arrêter quelque chose: « Trop dangereux ». Ils ne sont pas les seuls, parmi les hauts responsables de la planète, à se retrouver soudain fébrilement sur la brèche. Poutine apparaîtra aussi.

20-03-2020 : Quelqu’un, en ce moment, se pose une question, en provenance des États-Unis… et me la pose à distance. Quelqu’un aux abois, qui veut absolument comprendre ce qui se passe et qui connaît ma connexion télépathique avec, parfois, quelques extraterrestres. – « Marianne, qu’est-ce que tu peux dire de ça ? » Et moi, je ne vois que le globe terrestre, la planète Terre vue de loin, de l’espace. D’autres images apparaissent, questionnant son axe, un point précis au Pôle-Nord. « Va-t-elle tenir », se demande-t-on ? Une technologie, au Pôle-Nord, semble concernée, elle répand des ondes noires sur toute la surface de la planète. Une large bande vitreuse, opaque, entoure l’équateur comme une vitre de plexiglas sale, comme une surface artificielle qui n’aurait rien à faire là. C’est vrai que se profile aussi parfois le disque noir d’un objet céleste qui s’interpose entre nous et le Soleil. Ce que j’avais appelé la « Planète X », faute de mieux.

Contrairement à ce que l’on croit, le Pôle Nord est une zone très active du globe. L’on y trouve du nucléaire, du pétrole, des missiles, des métaux rares et je ne sais sûrement pas tout. La base aérienne de Thulé par exemple, au Groenland du nord, comporte une chaîne de radars du NORAD et une station de satellites de l’Air Force Space Command des USA. Les forces armées russes de l’Arctique sont positionnées sur la célèbre base militaire d’Alexandra Land ou le «Trèfle du Nord» sur l’île de Kotelny. Les russes ont planté leur drapeau en Août 2007 au fond de l’océan Arctique et, depuis, le Pôle Nord est probablement l’une des zones les plus espionnées de la planète par les puissances occidentales. La Chine rêva d’une nouvelle « Route de la Soie polaire » – et y est parvenu avec son partenariat avec la Russie – pour investir dans des infrastructures impliquant la Russie et les autres pays de la région, c’est à dire à peu près tout le monde: la Russie, donc, qui possède plus de 50% des territoires de cette zone, puis USA, Canada, Danemark avec le Groenland, Norvège et, plus loin des côtes bordant l’océan Arctique, la Suède, la Finlande, l’Islande, et même la France avec Saint-Pierre et Miquelon! Le Conseil de l’Arctique sera présidé en 2021 par la dite Russie (80% de son gaz naturel et 20% de son pétrole sont extraits là) et l’on retrouve dans le Secrétariat et les Observateurs du Conseil tous les pays cités, sans oublier l’Espagne, l’Italie, la Pologne, etc…! Enfin, je m’en voudrais de mettre de côté l’Académie Polaire d’État Franco-Russe! Qui voit le Pôle-Nord, voit le monde entier… Certains militaires américains disent même qu’en Alaska, 49ème État des États-Unis, se trouve près du mont Denali une pyramide souterraine noire, que les humains n’ont pas créée, protégée par des agents tout vêtus de noir, qui représente une formidable source d’énergie que l’on n’a pas encore fini d’explorer… Ce serait un “Top Secret” depuis le Projet Manhattan. (Source: Linda Moulton Howe “13 Mai 2020. Alaska’s Underground Pyramid, Viewer Q&A”).

Mais revenons à l’Élysée. Tout ce que je peux affirmer, c’est que ce questionnement semble concerner en priorité Emmanuel Macron et Donald Trump. Le soir, nouvelle présence du Président de la République et du maître de la Maison-Blanche. De nouveau, apparaît la planète Terre avec un système d’observation qui permet de voir la luminosité de son axe. Il semblerait qu’il soit atteint de vibrations énergétiques problématiques au Pôle Sud qui le ferait osciller de droite à gauche. La question, c’est : «Y a-t-il un risque quelconque ?». L’on voit aussi une énorme antenne en forme de coupe circulaire au Pôle Nord, peut-être à l’origine du problème. Donald Trump s’inquiète réellement. Il a l’air de croire que c’est quelque chose qu’il connaît qui pourrait causer ça… Un extraterrestre passera en coup de vent chez moi pour me dire: «Macron ne comprend pas».

«On va le réguler», disent les petites voix des E.T…. L’on me montre sans cesse des antennes, à Wuhan, en Italie, en France comme représentant un danger dans lequel il est aussi question de centrales nucléaires. Plusieurs fois les personnes de Donald Trump et Emmanuel Macron se tiendront la main sur le bouton du déclenchement du feu nucléaire et il y a bien eu, sans aucun doute, de grandes manoeuvres dans les armées à cette époque. Ces visions sur d’éventuels problèmes dans le nucléaire, ces questionnements des Présidents, leur évident manque de compréhension, se situent juste avant la crise du coronavirus. Une centrale nucléaire qui fume, une zone noire aux alentours de Wuhan qui effraie des responsables scientifiques, même une prolifération d’insectes. 5G, 6G, 7G ? jusqu’où?…

Je vous ai fait une petite chronologie personnelle mais il y en a d’autres, autrement intéressantes et nous allons les voir. Il est hors de question de conclure quoi que ce soit pour des transmissions à distance aussi partielles qu’incompréhensibles. Néanmoins, en continuant de réfléchir aux événements de cette époque, l’on finit par rassembler des informations qui sont instructives. La troisième guerre mondiale n’a pas eu lieu et la planète n’est pas sortie de son orbite. Que demande de plus le peuple ? De ne pas mourir à petit feu.

En confidence, cet article je viens de l’écrire avec des avions de chasse survolant ma maison alors qu’il n’y en avait plus dans le ciel depuis au moins trois mois.

Le forum de Davos

L’Event 201 est intéressant en ce sens qu’il relève de la même tentative de semer la confusion que les modèles prédictifs utilisés pour le soi-disant «réchauffement» climatique: faire semblant de travailler sur un problème et produire le contraire de ce qu’il faut faire en désorganisant en fait les capacités d’amélioration. Et surtout mentir. Cet exercice de simulation américain pour cas de pandémie est le pendant des prédictions catastrophiques du GIEC onusien en matière de climat et a généré visiblement la même gabegie. L’on nous annoncerait à l’avance le mal que l’on prémédite en essayent de nous priver des moyens d’y remédier qu’on ne s’y prendrait pas autrement! Emmanuel Macron, qui obéi aveuglément aux modèles informatiques gérés par la Banque mondiale (comme lorsqu’il se trompe en déclarant que les masques dans les lieux clos seront obligatoires à partir du 1er Août et que la date réelle, appliquée, est, très logiquement d’ailleurs, dix jours plus tôt, le 20 Juillet ! À vrai dire, logiquement, c’était huit mois plus tôt, dès les premiers cas!) a provoqué sans difficulté l’épouvantable désorganisation aux conséquences mortelles que nous avons traversée. Lorsque l’on entend les pompiers dénoncer « les opérations de communication pour la seule esbroufe pendant qu’on laissait mourir les gens qui ne semblaient pas atteints du Covid-19 et qu’on en déplaçait d’autres loin alors que dans la clinique d’en face, les lits étaient vides », l’on comprend que l’on nous a caché la vérité comme jamais. Je vous ai promis une seconde chronologie des événements, la voici.

Il faut savoir au préalable qu’en 2015, l’ONU a nommé un groupe chargé de travailler sur les crises mondiales sanitaires qui soutient la nécessité d’ « entraînements » pour aider à se préparer aux niveaux nationaux et régionaux. Cela concerne donc aussi l’Europe. Pour y associer les principaux décideurs, le Groupe de la Banque Mondiale, avec la Fondation Bill et Melinda Gates, mène la première série d’exercices de simulation de pandémie conçus pour créer un scénario afin de provoquer une discussion solide parmi les responsables politiques. Jim Yong Kim (médecin américain originaire de la Corée du sud, président de la Banque mondiale de Juillet 2012à Janvier 2019), Bill Gates et la chancelière allemande Angela Merkel (c’est l’Allemagne, on s’en souvient, qui s’en sortira le mieux au moment des débuts de l’épidémie) organiseront donc ces simulations pour les chefs d’État et les dirigeants du secteur privé, notamment lors du Forum économique mondial à Davos en Janvier 2017 et de la réunion des chefs d’État du G20 en Juillet 2017. Au cours de ces deux réunions, la Banque mondiale collaborera avec l’équipe technique de l’OMS, du WEF et du Gouvernement allemand pour mener des réflexions similaires pour le personnel technique et les ministres de la Santé du G20. (Source: World Bank Blogs)

Posons tout d’abord la toile de fond : la grande crise financière de 2008, qui commença aux USA et finit par conduire les banques occidentales au seuil de la faillite pour cause de surendettement généralisé.

-18 Octobre 2019: «Event 201», exercice du Forum de Davos à New York.

«L’événement 201 est un exercice multimédia (!) joué par des dirigeants de Gouvernements, des politiques, des responsables de la santé publique et des entreprises mondiales d’industries privées essentielles à la riposte (!!) en cas de pandémie, pour maintenir les économies et la société en mouvement (!!!) s’il y en avait une, intercontinentale, grave et hautement transmissible. La simulation mettra en évidence la nécessité d’inclure l’industrie privée pour atténuer l’impact économique et sociétal dévastateur dans le monde entier. Une diffusion en ligne simultanée de l’exercice est ouverte au public. » (Source: Présentation du centerforhealthsecurity/event201). Quel public ? L’Event 201 ne sera visible sur YouTube que 17 jours après sa tenu. « Event 201 Pandemic Exercise: Highlights Reel et Segment1, Segment2, etc…» a été mis en ligne, pour ses deux premières vidéos sur la plateforme de Google, le 4 Novembre 2019, beaucoup plus tard pour les suivantes. L’on nous dit: : «S’appuyant sur des événements réels, l’événement 201 identifie les problèmes politiques importants et les défis de préparation qui pourraient être résolus avec une volonté et une attention politiques suffisantes. Ces questions ont été conçues dans un récit pour engager et éduquer les participants et le public. »Effectivement, les précédentes réunions sur des épidémies (par exemple le virus Ébola en Afrique ou la grippe porcine) avaient eu lieu après que le virus soit apparu. Là, nous assistons à un déplacement dans le temps proprement stupéfiant : l’on se prépare au surgissement d’un virus, bien décrit comme un nouveau coronavirus, – pourquoi justement un coronavirus cette fois-ci alors que cela représente les maladies les plus bénignes et habituelles de la planète, maîtrisées partout? – mais compliqué, c’est vrai, d’une combinaison de SRAS et de SIDA… qui n’a pas encore eu lieu ! Pourquoi une idée pareille, avec de telles précisions, a-t-elle traversée l’esprit de ces gens, synchroniquement avec le monde concret ? Idée originale, ma foi! Mais eu égard à ce qui se passa ensuite, certains pourraient bien l’avoir eu dans la réalité… Un témoignage de l’époque, sur le web, nous dit que près de New York il n’y avait pas de maladie, que tout était concentré dans la ville, que les premiers médicaments utilisés étaient les anti-viraux payés fort cher par les gens riches contre le SIDA. Est-ce par hasard que l’on a vu tout à coup des militaires en Octobre dans les rues de New-York, jusqu’à la Garde Nationale déployée ? Souvenons-nous que le Professeur Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine, se trouvait en Chine juste avant le drame et qu’il avait identifié alors des séquences du virus du HIV curieusement introduites à l’intérieur d’un coronavirus, ce qui l’avait amené à penser qu’il avait été fabriqué en laboratoire… D’autres chercheurs de part le monde soutiendront cette thèse jusqu’à présent. Sir Richard Dearlove, par exemple, s’appuyant sur plusieurs travaux, affirme de Londres « que le virus Covid-19 a été fabriqué au-delà de tout doute raisonnable » (Source: The Telegraph). La table ronde de New York était-elle complétée d’une application en temps réel, sur le terrain… en Chine ? Hypothèse audacieuse mais non dénuée de fondement.

Terrorisme d’État?

Cet « Event 201 » étonne d’emblée. Ce que l’on voit, c’est une réunion de gens attablés, une conférence soutenue par quelques vidéos rapides et pas un exercice. J’ai visionné plusieurs films d’exercices de simulation d’épidémie en France et dans le monde. C’est le genre de choses rationnelles que l’on prépare tranquillement et qui ne nécessite pas un décor hollywoodien. Elles sont bien faites, jouées dans la situation, sur le terrain (avec matériel médical, personnel soignant, faux malades, transports, etc…) mais les regards sont paisibles et les visages détendus pour la bonne raison que c’est un travail positif qui protégera et sauvera des vies, lesquelles ne sont pas mises en jeu au présent. Le contraire de l’atmosphère très «spectacle» de cette prestation américaine, dans son hôtel de luxe, qui n’arrive pas à dissimuler une tension dramatique et les éclats d’effroi des regards. L’on se dit immédiatement qu’il est déconcertant que des gens aussi prévoyants aient laissé quelques mois après leurs pays affreusement démuni et dans un tel état d’affolement au moment où la crise se produisit réellement! Cette table ronde du Forum de Davos à New York affiche clairement ses intentions d’expliciter les difficultés rencontrées dans l’approvisionnement en matériel médical et médicaments ainsi que les enjeux psychologiques considérables provoqués par un danger de mort international! L’on y sait déjà qu’il y a pénurie dans de nombreux pays, que les vaccins ne seront pas efficaces et que les médicaments de type “vir” ou “chlore” peuvent aider, comme ils le font contre le virus du SIDA, mais qu’on ne peut en disposer en quantité suffisante car ils sont produits ailleurs, notamment en Chine… Il est inutile de vous rappeler ce qui s’est passé en Europe et particulièrement en France pour la fourniture de masques, blouses, gels hydroalcooliques, médicaments, etc…Visiblement, cette table ronde joue l’étrange jeu de se dévoiler sans néanmoins tout révéler au grand public…

Voilà la première impression que j’en ai eu. Un film qui sue la peur, la méfiance et l’hypocrisie réciproques. L’on est d’emblée frappé par l’état de consternation qui marque tous les visages. Ces gens ont l’air de crever d’angoisse. Agatha Christie n’aurait osé rêver une telle assemblée! Pourtant, il paraît que, dans ce monde idyllique, tout va mieux que jamais. Les soldats américains vont entamer quelques jeux sportifs en Chine où l’on se doit de rayonner d’amitié. À ce moment-là, selon les informations dont nous pouvions disposer en France, il ne s’était encore rien passé. Nous croyions être tous, des USA à l’Europe, florissants de santé. Bref ! Je demeurais donc fascinée par cette atmosphère d’une exceptionnelle gravité, émerveillée par l’intensité du jeu d’acteurs improvisés sans comprendre pourquoi un exercice de théâtre, une fiction scénarisée et enregistrée – puisqu’officiellement il n’était question nulle part dans les media ou dans la rue d’une quelconque épidémie –nécessitait une telle dramaturgie. Comme je me fie rarement à ma première impression, je réussis à trouver, grâce au travail qu’a fait Jason Bermas sur sa chaîne YouTube, la traduction par sous-titres en français de ce très étonnant “exercice”, tombé si bien à point nommé. Il ne pouvait plus y avoir alors le moindre doute. Aucune des personnalités présentes ne joue la comédie. Tous parlent au présent et réfléchissent devant nous à un événement bien concret qui est en train de se dérouler. Il suffit de retenir quelques unes des phrases clairement articulées par les personnes présentes. Quelques exemples:

Dans son introduction, Anita Cicero, de l’université John Hopkins, celle qui continue de nous délivrer ses statistiques sur la pandémie ! nous présente bien cette réunion en petit groupe comme une simple réflexion sur un événement fictif qui n’a pas réellement eu lieu. À vrai dire, ses regards effrayés, au bord des larmes, démentent sans difficulté le contraire.

Stephen Redd, (Directeur adjoint des services de santé publique et des sciences de la mise en œuvre aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC) :”C’est fantastique ce que l’on a découvert sur cette maladie en peu de temps; il serait utile de mettre en oeuvre des mesures qui ne nécessitent pas de médicaments”.

Jane Halton, (Membre de l’ANZ Bank, ex-présidente du Conseil d’administration de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’Assemblée mondiale de la santé et de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)) : ”Nous savons déjà certaines choses sur la transmission de cette maladie”.

Tim Evans, (Directeur de l’École de santé mondiale à l’université Mc Gill, ancien directeur de la pratique mondiale de la santé à la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de la Fondation Rockefeller, co-fondateur de l’Alliance mondiale pour les vaccins) : ”Nous voyons maintenant les taux de morbidité dans le monde”. Curieusement, monsieur Timothy Grant Evans est entré à l’université Mc Gill en Septembre 2019, juste avant cet Evant, une université québécoise qui se révèlera surprenante sur quelques autres points…

Brad Connett (Président du groupe médical américain Henry Schein, fournisseur de produits et services médicaux) :”Je pense qu’il faut avoir une organisation de commandement, de contrôle centralisé. La transparence et la communication au niveau local vont être critiques. /…/ Il y a toutes sortes de décisions dysfonctionnelles sur les diagnostics, la façon dont on prend soin des patients ”

Hasti Taghi (Vice-présidente du groupe de communication NBC Universal, journaliste à CBS et NBC, a occupé divers postes au Children’s Hospital de Houston au Texas): ”Pour les patients qui doivent actuellement recevoir différents médicaments, l’équipe doit examiner comment ne pas les paniquer. Je pense qu’il est important que nous assurions une communication concise avec tous les établissements de santé où ces patients sont traités afin d’éviter une panique de masse. Nous devons faire en sorte d’avoir la bonne communication avec les media sociaux”.

Lavan Thiru (Représentant à New York de la Monetary Authority of Singapour, gouverneur de la Banque centrale de Singapour):”Vous savez que nous savons ce qui se passe dans le monde, que nous connaissons les cas de quelques pays et du reste de l’Asie, ce que le Gouvernement fait pour détendre et rassurer le peuple. Je pense que cela nécessite une coordination mondiale”.

Tom Inglesby (Directeur du Center for Health Security de la John Hopkins Bloomberg School of Public Health) :”Il faut que vous sachiez l’estimation de notre équipe et d’autres ministères de la santé: le taux de létalité est de 7% à 10% dans le monde selon la manière dont le virus est traité. Il y a beaucoup de lenteur dans la collecte des données et cela est dû aux systèmes de surveillance”.

Avril Haines (Chercheur à l’université de Colombie et au laboratoire de physique appliquée de l’université John Hopkins, ancienne directrice adjointe de la CIA, en exercice dans la fonction militaire nationale, ex-adjointe du Président de la Sécurité Nationale, (membre de West Exec Advisors (cybersécurité, entre autres, avec la CIA et la NSA), siège au Conseil d’administration de la Fondation Vodafone) :”Nous devons avoir un mécanisme international de coordination pour recueillir les informations, comprendre quelles sont les ressources disponibles et de façon que les États obéissent au plan”.

Matthew Harrington: (Directeur d’Edelman, la plus importante firme de relations publiques au monde.) ”Nous devons lutter contre cette réthorique montante qui vient du Royaume-Uni, de l’Allemagne, des États-Unis, qui dit que le mondialisme est responsable de cette pandémie et qu’il faut que chacun se protège soi-même. Les entreprises et la communauté scientifique doivent lutter contre ça”. Monsieur Harrington sur lequel nous allons revenir plus bas.

Stephen Redd : ”Une chose qui va être très importante, c’est de définir l’objectif et d’utiliser la “contre-mesure” [Je n’ai pas trouvé de traduction satisfaisante à cette expression “contre-mesure”]. Cette contre-mesure, à cause de cette pandémie émergente, va supprimer la transmission [des informations, des données objectives? le sens n’est pas clair] et conduire à un confinement. La deuxième chose importante, c’est la communication. Je pense que les communications publiques ne devraient pas être alarmantes mais véridiques quand à sa gravité”.

Un confinement mondial, cela ne s’était jamais fait.

Lorsque les politiques nous ont averti qu’il risquait d’y avoir des millions de morts, ils se sont contentés d’embrayer sur l’organisation américaine qui s’est révélée-là. Il nous est impossible d’entrer dans les détails du jeu caché mené par Agnès Buzin, dont le mari, Yves Lévy, Président de l’INSERM, était bien sûr présent à l’inauguration en grande pompe du laboratoire P4 de Wuhan, cette chose éminemment française, qui a eu lieu le 23 Février 2017 devant le Premier ministre Bernard Cazeneuve. Une partie du personnel a été notamment formée au laboratoire Jean Mérieux à Lyon. L’accréditation définitive, espérée pour 2020, doit permettre au P4 de tourner enfin à plein régime avec 250 chercheurs présents à temps plein sur le site de Zhengdian. Wuhan, la capitale technologique de la 5G, est la ville de Chine qui reçoit le plus d’investissements français. Elle entretient de solides relations économiques avec nous et nombre de nos entreprises s’y sont installées, tels Renault ou PSA” (Source: Wikipedia). Quant à Jean Mérieux avec, entre autre, « Bio-Mérieux », on le retrouve partout dans le monde, en Chine encore et au Québec où sa filiale à Saint-Laurent n’est pas bien loin de notre université Mc Gill.

Un cordon d’initiation ?

Le seul chinois présent, comme par hasard, George Fu Gao (Directeur général du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, professeur à l’Institut de microbiologie de l’Académie chinoise des Sciences, Président de la Société chinoise de biotechnologie, qui a fait ses doctorats à Oxford et Harvard, titulaire de prix internationaux et de 25 brevets)), assez mal à l’aise, ne dira pas grand-chose pendant que Matthew Harrington donc, malgré son discret bracelet rouge, répandra un discours parfaitement convenu. J’ai essayé de regarder en gros plan cet objet sans disposer du matériel perfectionné qui m’enlèverait mes derniers doutes. S’agit-il d’un badge, d’un bijou, d’un jouet, d’un pense-bête? Je pencherais plutôt pour un cordon d’initiation ésotérique mais, alors, on se retrouverait dans le monde des grandes sociétés secrètes si chères à Donald Trump, Nicolas Sarkozy et quelques autres en Union Européenne, ces sociétés qui ont parfois semé la mort et que j’ai soupçonné moi-même dans des textes précédents de disposer d’une arme inconnue, de type électromagnétique.

Event 201 du Forum de Davos
Il pourrait s’agir d’un cordon d’initiation

L’université Mc Gill a fondé l’École de Médecine de l’université américaine Johns Hopkins et compte plusieurs Nobel, dirigeants politiques et même trois astronautes parmi ses anciens élèves! Elle participe, avec son département des Sciences atmosphériques, à la recherche sur la banquise de l’Océan Arctique, ce qui me rappela furieusement la première vision que j’ai eu sur le Pôle-Nord et ses radars. Dans le grand nord canadien, près d’Alert, non loin de l’Île d’Ellesmere, sont situées bases militaires, stations de service météorologique, installations de renseignement, de transmission, sécurité et surveillance radar ainsi qu’Eureka, station de réception de satellite géostationnaire desservant Internet. Mais ce n’est pas tout.

À l’université Mc Gill, se trouve un deuxième Matthew J. Harrington. Un homonyme. Cet homme jeune, brun, barbu, travaille comme maître assistant dans le Département de chimie, plus exactement en bio-chimie, la chimie des matériaux (avec rayons X et tout et tout), la chimie des protéines… Difficile de rester indifférent quand on sait que les protéines, SpikeS ou ACE2, par exemple, servent de « clés » au SARS-CoV2 pour entrer dans les cellules du corps. Enfin, l’on ne peut pas se renseigner là-dessus sans apprendre que le Dalaï-Lama, citoyen horrifique, pardon honorifique, du Canada, se trouvait en Octobre 2017 cette fois, sur la scène du Centre Bell de Montréal et que le discours d’ouverture fut prononcé par Michael Meaney, Dr en neurobiologie de l’université Mc Gill… Tout cela est suffisamment intrigant pour retenir l’attention et lorsque je me disais que ma vision du Pôle-Nord ne pouvait pas avoir de rapport avec le moindre coronavirus, je me trompais peut-être… Beaucoup de gens ont remarqué l’incongruité de cet « Event » improbable et je terminerai sa présentation avec l’une des explications plausibles : « Les cerveaux mondialistes aiment anticiper publiquement, en code, certaines opérations de grande envergure. » (Diario de Vallarta & Nayarit – Claudio Fabian Guevara dans profession-gendarme.com).

-18 au 27 Octobre 2019: Le 18 est le jour de la tenu de l’Event 201… C’est à ce moment-là aussi que s’ouvrent les Jeux Mondiaux Militaires d’Été à Wuhan, ville désignée comme zone de démonstration 5G officielle en 2019.

L’on verra s’effondrer peu à peu tous ces militaires, surtout – peut-on nous en donner de bonnes raisons ? – dans les rangs américains : “Il y a beaucoup d’athlètes des Jeux mondiaux militaires qui ont été très malades.” (Élodie Clouvel, vice championne olympique 2016, lauréate du pentathlon en Chine. Source « Libération », 7 Mai 2020). Deux exemples parmi les résultats : USA: 17 équipes; environ 300 athlètes présents; classement : 35ème, pour la première fois sans doute. À titre indicatif, la France a remporté 57 médailles et se trouve à la 4ème place du classement par Nations. Cela fait donc 34 pays, à la représentation moins nombreuse, dont les sportifs n’ont pas été malades ou seulement légèrement. Personnellement, j’en arrive à la conclusion que les USA, en Octobre 2019, soit était au courant du début de l’épidémie d’une nouvelle maladie, soit avaient décidé de la provoquer. Pourquoi? Ils devaient savoir qu’elle se répandait aussi à Wuhan, comme ailleurs. Ils ne pouvaient pas ignorer que si on laissait les soldats rentrer dans leurs pays respectifs, ils la répandraient chez eux. Et ils ont laissé faire. POURQUOI N’A T-ON PAS PLACÉ LES MILITAIRES DES JEUX MONDIAUX EN QUARANTAINE EN CHINE? Ils ont du être soignés par leurs staffs respectifs et on les a laissé rentrer. Prévoyait-on déjà d’utiliser leur maladie pour la répandre parmi les populations civiles, de s’en servir comme d’une arme de guerre ?

La synchronisation entre les deux événements rend transparent ce qui se joue sur fond de crise financière généralisée : l’on préfère dissimuler la cause de l’apparition de ces mutations virales un peu partout dans le monde et que les armées qui, de mon point de vue, ont dépassé l’utilisation de la 5G et fonctionnent à des fréquences différentes : 6G, 7G ou plus dangereux, sont en première ligne. S’il y a une aide que je puisse apporter dans ce type d’affaire, c’est le témoignage de la puissance inégalée des ondes (ou armes, si vous préférez) à énergie dirigée qui sont maintenant employées par les militaires en lien avec les forces de l’ordre et les différents services de police, dans les villes, au milieu de la population. Par ailleurs, chacun peut se rendre compte que les cartes de géographie montraient clairement, au début, les éclosions du Covid-19 sur les circuits de fibre optique alimentant les antennes de transmission les plus modernes.

– 31 Octobre : Le Brexit, le départ définitif du Royaume-Uni de l’Union européenne devait avoir lieu. Fatidique mois d’Octobre ! Pour d’obscures raisons, il sera finalement reporté au 31 Janvier 2020. Boris Johnson sera touché par le Covid-19 mais en sortira vainqueur, là aussi. Pas mal de gens, dans l’élite dirigeante, proportionnellement au reste de la population, tomberont malades : Angela Merkel, des membres du Parlement de Bruxelles, le Prince Charles d’Angleterre, Justin et Sophie Trudeau au Canada, la ministre de l’Égalité Irène Montero en Espagne, le Prince Albert de Monaco, Karl de Habsbourg-Lorraine, de nombreux membres de la famille royale d’Arabie Saoudite, Christian Estrosi (dont on connaît les liens avec les loges secrètes) et sa femme pendant que Donald Trump prendra préventivement de la chloroquine, j’en oublie certainement.

Bien des choses changeront dans les mois qui viennent, au coeur de la pandémie.

– Novembre 2019: Dans une interview accordée à NPR, réseau de radios publiques aux USA, un expert médical italien affirme qu’une étrange pneumonie sévissait dès novembre 2019 dans le nord de l’Italie. Les médecins généralistes se souviennent avoir vu des cas de pneumonie très étranges, très graves, surtout chez des patients âgés, en décembre et même en novembre », précise le Dr Giuseppe Remuzzi, directeur de l’Institut de recherche pharmacologique de Milan. Cela signifie que le virus circulait, du moins en Lombardie, avant que nous ne soyons au courant de l’apparition du Covid-19 en Chine », souligne Giuseppe Remuzzi. Certains disent que des cas de tuberculose spontanée ont surgit en l’absence même de bacille de Kock aux États-Unis.

– 21 au 24 Janvier 2020: 50ème anniversaire du Forum de Davos, tenu en Suisse, avec le très discret patron chinois de Huawei, Ren Zhengfei.

– 18 Février 2020: Scandale à la Banque Mondiale où la corruption et la censure sont dénoncées. C’est la crise des « papergates », ces paradis fiscaux où la Belgique, – qui a d’ailleurs le taux le plus élevé de décès par million d’habitants dus au nouveau virus -, est là aussi particulièrement impliquée.

– Jeudi 7 mars 2019, à Plano, au Texas: Huawei porte plainte contre le gouvernement américain qui interdit à son administration d’acheter les équipements ou services du géant chinois, sous prétexte que Huawei y placerait des portes dérobées favorisant l’espionnage des utilisateurs de la 5G. L’entreprise asiatique est le principal acteur dans le monde de cette nouvelle technologie. L’Australie, bien présente à l’Event 201, contrairement à la France, décide aussi de ne pas utiliser Huawai. Je me demande pourquoi cette plainte a été déposée au Texas mais cela me rappelle l’un des membres de l’Event 201, madame Hasti Taghi, elle même du Texas.

– 4 Mars 2020: La Russie abandonne l’OPEP.

– 9 mars 2020 : Le prix du baril de pétrole s’écroule, passant d’environ 62 dollars à 35 dollars. L’alliance entre le cartel des pays producteurs de pétrole (OPEP) et la Russie, scellée en 2016, a fait long feu. En conséquence, les marchés financiers paniquent et le rouble s’effondre.

– 12 Mars 2020 : Zhong Nanshan, spécialiste chinois des maladies respiratoires et vétéran de la lutte contre l’épidémie de Sras, entre 2002 et 2003, évoque la possibilité que la source du virus responsable du Covid-19 ne soit en fait pas la Chine. Un tweet de Zhao Lijian publie une vidéo où l’on voit le Directeur des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), Robert Redfield, – un CDC bien présent à l‘Event 201– déclarant devant le Congrès que certains Américains que l’on croyait morts de la grippe saisonnière avaient été trouvés porteurs du nouveau coronavirus après leur décès.

– Mars – Avril – Mai 2020 : Des exercices (encore !) militaires (toujours!) se déroulent dans la région indo-pacifique, appelés « Defender Pacific 2020 », principalement en mer de Chine méridionale. D’après le secrétaire à l’Armée des Etats-Unis, Ryan McCarthy, les États-Unis envoient également deux « task forces multi-domaines » dans le Pacifique, une en 2020, l’autre sera pour 2021… Elles sont destinées à « neutraliser tous les investissements réalisés par la Chine et la Russie ». Un déploiement de forces pour que la Chine ne bouge pas. Par ailleurs, l’OTAN conduit ses propres déploiements. C’est « Defender Europe 2020 ». 37.000 soldats de 18 pays différents (dont la France, confinée pour la première fois) y participent avec 20.000 Américains, soit la plus importante présence américaine sur le sol européen depuis la Guerre froide. 20.000 pièces d’équipements sont déployées depuis les États-Unis vers plusieurs ports européens. Les soldats débarquent dans huit pays, dont l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, le Pologne et… la Géorgie, qui n’est pas membre de l’Otan. Une pure provocation à la frontière de la Russie, cette dernière étant désignée comme une menace ! (Source : Solidarité & Progrès.fr). Soit-dit en passant, je l’ai personnellement vu, par clairvoyance: gros avions militaires, tirs de missiles, sauts de parachutistes…Ces missiles parcourent l’espace depuis des mois. Ils sont noirs, assez longs et fins. Je ne sais d’où ils proviennent. Les petites voix des E.T. me disent en amies qu’ils se désintègrent en vol. « Pouf » et tombe une pluie… Apparaissent aussi ce qui pourraient être des drones, toujours aussi noirs et aussi furtifs, de la forme de chasseurs minuscules. Ces choses électroniques que l’on ne voit pas exploser, est-ce une manière de répandre le virus partout ou une préparation à une guerre qui pourrait se déclencher ? Toujours est-il que ce sont bien les mêmes militaires, les mêmes commandements qui continuent de mentir sur la réalité des causes de l’épidémie.

Donald Trump quitte l’OMS et les mesures de rétorsion contre la Chine s’abattent au sujet de Huawei et de son matériel 5G, sensé être dangereux pour la sécurité, comme si les américains et leurs alliés avaient attendus pour nous espionner avec les fréquences précédentes, je peux en témoigner. Les USA sont fort mal placés pour donner des leçons de vertu en matière d’espionnage illégal. Ils espionnent en Europe avec du matériel de toutes marques et sans vergogne. Comment s’ériger en parangon des Droits de l’Homme lorsqu’on ne sait pas manier le suffrage universel pour la Présidence de la République et que l’on applique sauvagement la peine de mort ? Beaucoup d’articles très bien faits et très informatifs sont sortis depuis sur l’Event 201 et la crise du Covid-19. Mais j’ai une spécificité, une qualité particulière qui a entraperçu, c’est plus fort que moi ! quelques « bizarreries » choquantes. À quoi servent ces vidéos mises en ligne, à quoi servent ces informations d’avance, avant que l’événement ne se produise? Pourquoi, enfin, Donald Trump, en filigrane, s’y est-il révélé tel qu’il est: casqué de ses faux cheveux qui dissimulent en fait sa tête d’humanoïde trafiqué par les bases extraterrestres de son territoire? Donald Trump dont je m’étonne que personne n’ose le dire : cet homme a le sommet du crâne qui rayonne un champ magnétique artificiel, bien visible à des yeux avertis et qui ne me semble pas généré par des implants d’origine humaine.

Les humanoïdes dotés de responsabilités ont-ils eu peur de la situation dangereuse qu’ils ont créés eux-mêmes en nous narguant avec ces nouvelles ondes électromagnétiques, ces nouvelles technologies imposées sur la planète depuis une vingtaine d’année? C’est que les montées de température du globe et les virus ne font acception de personne et qu’à moins de vivre dans un bunker réfrigéré et désinfecté, l’on ne peut y échapper!

Une guerre au XXIème siècle?

Ainsi me viennent parfois les informations. L’étonnement d’un ressenti sur l’événement qui se produit, ce que les mondes subtils révèlent des mondes concrets. Signifiant dans l’obscurité et ma perplexité de s’accroître à chaque fois jusqu’au laborieux travail de réflexion, de recherches, de rationalisation. Et il arrive que la vérité se révèle toute crue, dans sa splendide ou sinistre réalité.

Pourquoi ai-je senti ces aiguilles d’argent invisibles en suspension dans l’air ? Je suis tombée sur une image qui ressemble à cette organisation en carrée : c’est un exemple de puce électronique destinée à être implantée sous la peau, au cas où les projets futuristes les plus fous seraient mis à exécution. Est-ce un nouveau système d’espionnage, ce type de marquage de la population est-il en train de s’organiser à notre insu ?

Puce d'identification sous la peau

Rapport d’enquête de militaires diffusé par Pascal Treffainguy sur YouTube.

– Septembre 2019 : Sommet de l’Alliance ID2020. « Depuis des années, nous observons le fondateur retraité de Microsoft, Bill Gates, utiliser ses milliards pour donner des vaccins gratuits aux personnes vivants dans les pays du tiers monde. Maintenant, Bill est devenu un partenaire fondateur d’une autre société. Celle-ci s’appelle l’Alliance ID2020. Son objectif est que chaque être humain sur Terre possède un identifiant numérique. Comment prévoient-ils d’accomplir cet exploit? En combinant les vaccinations obligatoires avec des micropuces implantables. Génial, n’est-ce pas ? « (Source : Qanon Québec). « /…/ Il s’agit d’une alliance de partenaires public-privé entre des agences des Nations Unies et la société civile, un programme d’identification électronique qui utilise la vaccination généralisée comme plateforme pour l’identité numérique. /…/ L’Alliance ID2020, lors de son sommet de 2019, intitulé « Rising to the Good ID Challenge », en septembre 2019 à New York, a décidé de déployer son programme en 2020, une décision confirmée par le WEF en janvier 2020 à Davos. /…/ Est-ce une coïncidence si l’ID2020 est mis en place au début de ce que l’OMS appelle une pandémie ? Ou faut-il une pandémie pour « déployer » les multiples programmes dévastateurs de l’ID2020 ? » (Source : Peter Koenig dans mondialisation/la-pandemie-de-coronavirus-covid-19-le-vrai-danger-est-lagenda-id2020/5642924 ).

– Octobre 2019 : Nous retrouvons donc l’Event 201 qui nous avertit aimablement que nous serons totalement démunis face au nouveau coronavirus qui est en train de se déployer dans la foulée des Jeux militaires de Wuhan.

Finalement très peu de gens seront atteints mais les gouvernements, couchés devant les États-Unis, imposeront un confinement mondial. Après tout, c’est une forme d’ordre comme une autre ! L’on comprend qu’une pandémie peut justifier un vaccin et, puisque nous sommes tous férus d’électronique, pourquoi pas la puce électronique implantée dans le corps qui irait si bien avec ? Ne reste plus qu’à se balader avec son smartphone Google ou son ordinateur Windows pour être transformé en zombi obéissant. Tout cela, nous le savons maintenant. Ce qui me donne la conviction que ce virus est bien plus sophistiqué qu’on ne le croit, ce sont les visions que j’ai eu à son endroit.

Je voudrais juste citer, pour commencer, deux personnes qui s’expriment clairement là-dessus. Le Professeur Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine, nous dit clairement : ′′ Tout ADN bactérien et viral émet des rayonnements électromagnétiques. A chaque atome, un champ électrique. La coordination intracellulaire se fait sur la base d’ondes électromagnétiques chargées d’informations. En résumé, l’on pourrait dire que les virus sont stimulés grâce aux rayonnements électromagnétiques et peuvent être activés et désactivés grâce à des facteurs technologiques contrôlés par l’être humain… ». Et le physicien Jean-Pierre Petit : «/…/le vivant est particulièrement sensible aux hautes fréquences modulées en très basse fréquence car les molécules ultra-longues comme l’ADN et l’ARN qu’il contient décodent ces basses fréquences et résonnent. Il y a des décennies qu’on sait que l’ADN est 400 fois plus absorbant que l’eau pour de tels effecteurs. Ainsi les ondes utilisées pour communiquer si innocemment avec les sous-marins en plongée pourraient avoir un impact absolument imprévisible et incontrôlable sur tous les êtres vivants, qu’ils vivent dans la mer, en surface ou au dessus, ou… n’importe où. Les conséquences ? Des mutations génétiques imprévues concernant éventuellement des virus. » (jp-petit.org). Comment stimuler électromagnétiquement un virus impunément ? Avec des armes à énergie dirigée qui ne laissent aucune trace. Pas vu, pas pris.

Les réseaux de type «HAARP »

L’on connaît tous le HAARP américain de Gakona, en Alaska. Ma vision du Pôle Nord correspond bien à un jeu entre radars qui s’est déployé dans le monde à ce moment-là. D’autres systèmes de type HAARP existent au Groenland, en Norvège, en Scandinavie, etc… De nombreux pays en possèdent un, y compris la France. Nous avons donc, par exemple, le JORN australien qui appartient à la Force aérienne royale (une Australie bien présente à l’Event 201), le SURA russe qui se présente carrément comme une installation de chauffage ionosphérique ! l’EISCAT européen qui travaille sur le couplage Soleil-Terre et la magnétosphère auquel le Japon s’est associé. Je suppose que l’Élysée est aussi très fier de son petit EISCAT français situé près de Paris, à la Ferté Vidame.

L’ionosphère réfléchit les ondes radio naturellement vers le sol lorsqu’elles sont émises depuis la Terre, ce qui permet les liaisons sans satellites. HAARP a la prétention de contrôler l’ionosphère et de la transformer en miroir parabolique. Ce ciel artificiel et concave, particulièrement accentué par les avions de chasse au cours de déversements de chemtrails, je l’avais déjà repéré et il correspond bien aux résultats connus des réseaux HAARP. HAARP est une arme à impulsion électromagnétique qui peut atteindre une cible au sol, en vol ou dans l’espace. C’est une arme psycho-électronique, bio-électronique et climatique. Les molécules d’ADN et d’ARN sont sensibles aux hautes fréquences modulées en basses fréquences, nous l’avons vu. Si HAARP interfère avec les fréquences cérébrales et provoque la synthèse de substances neuro-chimiques, d’où une très possible manipulation mentale et physiologique des individus et des foules, une manipulation biologique d’autres régions du corps est aussi loin d’être exclue. Comme il est évident que les mensonges du GIEC n’ont pu dissimuler que les montées de température du climat ne correspondaient pas à des normes naturelles à la Terre. Quelqu’un pourra-t-il expliquer pourquoi, depuis que la guerre « coronavirus » est passée, le temps est redevenu normal, avec des températures de saison, l’air s’étant rafraîchit d’environ 10 degrés ?

Il est évident qu’en cette époque d’espionnage de masse généralisé, tout cela pourrait être fort utile pour les gouvernements actuels et que ce maillage serré fonctionne à plein régime, de concert, sur la planète.

Le procès de Nuremberg

Un 4ème Reich américain ?

La puissance des nouvelles antennes pénètre trop profondément dans les tissus humains. Les ondes électromagnétiques artificielles que l’on utilise actuellement ont des affinités avec l’eau, c’est certain, puisqu’elles ont des affinités avec d’autres dimensions que notre 3D. Elles ne se contentent pas de traverser sans rien toucher. Il suffit de réunir peu de circonstances pour qu’elles s’accrochent. C’est, devant un écran, la zone en contact avec la bouche puis très vite à l’intérieur, le larynx, les poumons, et, en remontant dans la colonne vertébrale, le cerveau, qui sont imprégnés. L’une des choses les plus dangereuses, de nos jours, c’est boire un liquide en tenant dans la main ou près de sa tête un ordinateur, a fortiori un smartphone. Même la salive est dangereuse. Sucer un bonbon, produire de la salive, c’est maintenant ingérer l’onde et, avec elle, le contraire indissociable d’elle-même, son énergie noire.

Je peux affirmer que certaines nouvelles antennes produisent un rayonnement dirigé sous forme de tube invisible dont la couleur réelle est le noir. Les yeux humains ne peuvent pas le voir mais sa puissance font que cette énergie ne peut pas être comme les précédentes employées, où l’ombre noire était encore légère et assez anodine. Là, c’est devenu très lourd et d’une densité inquiétante. Ce monde noir, j’en ai forcément parlé déjà dans mes autres textes puisque c’est la première couche invisible à laquelle nous confronte le monde extraterrestre, celle qui introduit à leur propre univers et je l’ai bien à chaque fois précisé, c’est le début, en fait, pour nous, de l’au-delà, du monde de la mort pour les vivants sur Terre. Les humains qui ne sentent pas ces choses-là, qui n’ont de perception que le monde le plus solide, resteront devant leur smartphone ou leur ordinateur jusqu’à ce que mort s’en suive. Ils se sont promenés pendant des années smartphone collé sur la tête. Maintenant, avec l’espionnage de masse surajouté qui amplifie son impact, ils ne peuvent plus se passer de masque pour continuer à l’utiliser. Les médicaments ou les respirateurs artificiels aussi utiles soient-ils, n’endigueront pas un épidémie sans cesse renouvelée par les mêmes causes, des cellules virées, mutées dénaturées.

Peut-on seulement imaginer une seconde que cela a été prémédité d’avance ?

Les pires asservissements, jusqu’à présent, ont été imposés à l’homme par l’homme à partir de moyens extérieurs à sa propre personne : un révolver qui vous pointe, la Gestapo qui vous enlève dans une voiture, un camp de concentration préparé pour la mort… Ce fut la Seconde guerre mondiale qui s’est terminée, comme chacun sait, par le Procès de Nuremberg.

Certains à notre époque rêveraient-ils de mieux encore grâce à l’électrification moderne de la sphère terrestre, du sous-sol à la ionosphère ? Il manque une chose : l’électrification électronique de l’homme lui-même.